Mme. Martin

Quelle est l’histoire de votre beau Château Mme Martin ?
En 1933, Monsieur Pierre Martin, mon beau-père, propriétaire du Château La Grangeotte qui comptait 12 hectares de vignes décide de fonder la Cave Coopérative de Rauzan. En 1980, son fils Bernard Martin m’épouse alors que je suis une jeune parisienne d’origine Corse. A ce moment-là je travaille dans la publicité. De 1980 à 1983, j’ai découvert la viticulture et j’ai décidé d’en faire mon métier. Aujourd’hui c’est clairement devenu ma passion. En 1983, suite à de graves problèmes de santé de mon mari j’ai dû reprendre la propriété. Ce fût un très grand challenge, pour une femme d’origine parisienne et qui connaissait peu le milieu de la viticulture.

Aujourd’hui je pense avoir relevé le challenge grâce à mon caractère de battante mais surtout grâce à ma passion pour ma propriété et mon amour du vin.

Aujourd’hui la propriété, compte 29 hectares de merlot, cabernet franc et cabernet sauvignon.

Cela fait aujourd’hui 33 ans que je suis active dans la vie de la coopérative à qui j’ai confié la vinification et la commercialisation de mon Château.

Pourquoi être en cave coopérative ?
Mon beau-père étant le fondateur de la cave je ne voudrais pas en partir. D’autant plus que j’en suis très contente. Elle apporte la meilleure structure dans le monde économique actuel. Je suis fière d’apporter mes raisins à la Cave de Rauzan.

Comment voyez-vous l’avenir de votre vignoble ?
J’ai 65 ans mais je ne compte pas connaitre la retraite. J’aime bien trop mon métier pour arrêter, la retraite n’est pas pour moi. J’ai également un fils qui travaille dans l’audit international à Paris qui souhaiterait plus tard reprendre l’exploitation.

Nous ne souhaitons pas que le nom Martin s’éteigne dans le milieu viticole.

 

Vous êtes dans notre région ?
Découvrez la biodiversité de notre vignoble sur notre chemin balisé !
+