M. Bonnefin

M. Bonnefin, quelle est l’histoire de votre propriété ?
Ce sont mes grands-parents qui ont commencé la viticulture dans la famille. Mes parents n’ont pas souhaité reprendre l’exploitation mais c’est vrai que c’est un métier qui m’a toujours plu alors lorsque j’ai pu je suis devenu viticulteur, c’est-à-dire en 1997. J’ai d’abord été l’apprenti de mes grands-parents avant de devenir leur ouvrier agricole. Ils m’ont par la suite vendu quelques-unes de leurs terres. Aujourd’hui je cherche à m’agrandir et c’est pour cela que j’ai acheté cette année le Château Le Berjuquey qui appartenait avant à ma voisine qu’elle mettait en fermage à M. Cira, un adhérent de la cave.

Vous êtes certifié Agriconfiance, que pensez-vous de cette démarche ?
Je pense que c’est une démarche qui oblige les viticulteurs à évoluer plus vite et donc à avoir un meilleur impact sur l’environnement plus rapidement.

Pourquoi être en cave coopérative ?
Mes grands-parents étaient déjà en cave coopérative. J’ai voulu continuer la tradition et c’est vrai que lorsque je me suis installé j’ai dû faire de gros investissements pour le foncier et investir en plus pour avoir mon propre chai n’aurait pas été possible. Je pense aussi que la cave produit de très bons vins.

Vous êtes dans notre région ?
Découvrez la biodiversité de notre vignoble sur notre chemin balisé !
+